GEORGES MANDEL, L’HOMME QU’ON ATTENDAIT

Le destin est un ministre inconstant. Parfois facétieux, souvent cruel, il se révéla funeste pour Georges Mandel. De rendez-vous en actes manqués, celui-ci, formé à l’école de Clemenceau, brilla par sa volonté de résister à l’Allemagne. Mais l’homme qui eût pu  » incarner le sursaut  » en 1940 n’accéda pas au rôle flamboyant du général de Gaulle : arrêté au Maroc, livré à l’Allemagne par Pétain et assassiné par la Milice française le 7 juillet 1944, il mourut six semaines avant la libération de Paris. Personnalité puissante et singulière, celui que Churchill appelait « Mandel le Grand », « solitaire » et « homme de la nuit », se dévoile dans un portrait rigoureux qui éclaire, par-delà la tragédie d’un échec personnel, les contradictions et les violences d’une période dramatique de notre histoire.

Jean-Noël Jeanneney

Seuil, 2015

Nouvelle édition avec une postface inédite

Contact Us

Site officiel de la Fondation du musée Clemenceau à Paris

Not readable? Change text. captcha txt

Tapez le mot et appuyez sur "Enter" pour lancer la recherche