GILBERT BELLAN, LE PEINTRE DE CLEMENCEAU

Patrick de Villepin
Préface de Sylvie Brodziak

Avec ses « Instantanés de couleur », Gilbert Bellan est tour à tour le peintre du traité de Versailles, des ruines de guerre, de la Victoire (1918) ou de la Libération (1944), admirateur de Péguy, Barrès, Foch ou de Gaulle. Par-dessus tout, il se considère au service de Georges Clemenceau. De Paris aux côtes de Vendée, il accompagne le Tigre tout au long des dernières années d’une retraite heureuse. De sa maison sur la dune, Clemenceau lui commande un « chêne vert titanesque » auquel il s’identifie. Présenté au Salon des Beaux-Arts, l’Ancêtre c’est lui. Face à l’océan, une deuxième mission attend l’artiste : « Claude Monet a fait les meules, les cathédrales à des heures successives. Vous ! Vous allez faire la mer qui est un programme autrement grandiose. » 200 tableaux de ciels et de mers et voici Bellan désigné « horizon de Vendée ». Monet était le grand ami de Clemenceau. Mais un peintre peut en cacher un autre

Editions du Centre vendéen de recherches historiques, 2019

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text. captcha txt

Tapez le mot et appuyez sur "Enter" pour lancer la recherche